1

J'aime!
J’aime!

1

Alors que plusieurs ne savent plus où donner de la tête face à la hausse de l’obésité, un problème dorénavant considéré comme une cause de mortalité presque aussi importante que le tabagisme, d’autres ont décidé de se relever les manches pendant qu’il est encore temps. Car des enfants qui ont déjà un surplus de poids risquent de devenir des adultes obèses. De ce fait, l’inactivité et les aliments gras sont dorénavant mis à la poubelle au profit de saines habitudes de vie dans certains milieux scolaires.

L’école Paul-VI à Boucherville, par exemple, est l’une des sept écoles de la Commission scolaire des Patriotes à avoir adopté l’approche globale « Une école en santé », mise de l’avant par les ministères de la Santé et de l’Éducation, qui préconise l’implantation d’un mode de vie visant les bonnes habitudes alimentaires et l’activité physique. Concrètement, cela permet aux enfants de se familiariser avec ce qui est bon pour eux.

« Depuis l’an dernier, avance la directrice de l’école, Marie-France Lavallée, nous avons restreint les collations des élèves aux fruits, légumes et fromages frais. De plus, les repas du midi, concoctés par un traiteur, sont santé et il n’y a pas de friture. Éventuellement, nous aimerions que les repas soient faits sur place. Pour inciter les jeunes à bouger, tous les midis, des activités sportives extérieures et intérieures comme le soccer, le kin-ball et le flag football sont organisées. Nous voulons que les enfants évoluent dans un milieu en forme et en santé. Ce sont pour nous des conditions gagnantes, un équilibre de vie qui permet aux jeunes d’être plus disposés à apprendre. »

Des actions qui ont été également prises à l’école Le Sablier à Saint-Amable, qui considère qu’elle a un rôle important à jouer aux yeux des enfants. « Nous sommes une maison d’éducation, lance le directeur Louis Ricard, c’est notre devoir de voir à ce que les écoliers puissent avoir de bonnes bases. Ça fait partie de notre mandat. »

Ainsi, apporter une collation santé est considéré comme un règlement pour les enfants, au même titre que de bien se comporter en classe. Les activités sportives lors des récréations sont également considérées importantes. À ces démarches, s’ajoutent d’autres actions sur le terrain, comme l’explique M. Ricard. « Nous avons investi dans des modules de jeux pour inciter les jeunes à bouger. De plus, régulièrement, l’infirmière s’assure que les petits ont un lunch équilibré. Il y a d’autres projets du genre qui sont mis en branle afin d’inculquer de bons principes aux enfants. »

Les deux institutions reconnaissent que les parents ont également un rôle essentiel à jouer auprès de leurs enfants. En d’autres mots, ils doivent poursuivre le travail débuté en classe. « C’est évident qu’il faut avoir la même visée, affirme Mme Lavallée, sans quoi, le succès ne sera pas assuré. Se préoccuper de sa santé, c’est une philosophie de vie. »

Filtrer par écoles primaires

Filtrer par écoles secondaires

Filtrer par centres